Focus vitrine : "Barbe-Neige et les sept petits cochons..."

Transportez-vous dans l'une des vitrines de l'exposition "Contes de fées" !

Chorégraphie : Laura SCOZZI
Musique : Niccolò PAGANINI
Scénographie : Natacha LE GUEN DE KERNEIZON
Costumes : Olivier BÉRIOT
Lumières : Ludovic BOUAUD

Suresnes, Théâtre Jean Vilar, Suresnes Cités-Danse

Les princesses aux longs cheveux blonds, peau blanche, lèvres rouges, yeux bleus, qui passent leur vie à attendre le prince charmant… La chorégraphe Laura Scozzi en a assez et elle le fait savoir !

 

À travers son spectacle « Barbe-Neige et les sept petits cochons au bois dormant », la chorégraphe se pose beaucoup de questions : et si Cendrillon n’avait jamais retrouvé sa pantoufle ? Si la Belle au bois dormant ne s’était jamais réveillée ? Et si Blanche-Neige était noire ou un homme ? Que se passerait-il ? Laura Scozzi réécrit alors les contes à sa façon en s’inspirant de notre société actuelle.

« À force de subvertir les mythes, manipuler les codes, malaxer les clichés, tous les personnages ont perdu la maitrise de leur destinées, en nous offrant le miroir « mon beau miroir » de nos actualités amoureuses. » Tout les contes se rencontrent, se mélangent et se réinventent. On trouve alors une fée handicapée de la baguette, une abeille qui tue un ours, un grand gaillard barbu comme Petit Chaperon rouge ou encore sept Blanche-Neige nymphomanes qui harcèlent un nain. Tous les codes sont bousculés et Olivier Biérot participe à ce bouleversement avec des costumes assez étonnants. Inspiré de l’univers acidulé de Walt Disney, il ajoute certains détails aux costumes, contrastant avec l’imaginaire collectif des contes : des baskets pour les princesses, des robes pour les hommes, des petits cochons en trenchs beiges et bottes de pluie… De quoi en dérouter plus d’un !

Les gentils petits héros de notre enfance se livrent à un jeu de massacre, dynamitant alors les contes que l’on connaissait si bien. Une fable subversive et jubilatoire mêlant danse, mime et théâtre, servie par huit danseurs hip hop.

Focus : c’est la vitrine qui interpelle le plus les enfants lors de leur visite de l’exposition « Contes de fées ». Tout ce qu’ils connaissent est bouleversé et cela n’est pas facile pour les plus petits.