Exposition

AU FIL DES FLEURS, SCÈNES DE JARDINS 6 décembre 2008 au 19 avril 2009

L’espace jardin est un espace scénique. Au gré des saisons, la nature change le décor et les végétaux changent de costume. Comme au théâtre, tout est affaire d’émotion, de lumière, de regard. Seule la mémoire conserve dans ses plis le souvenir d’une réplique ou celui d’une rose. Côté cour, côté jardin, diton dans le langage de l’architecture théâtrale, voilà qui plante le décor.

Au fil des livrets de spectacles, les décors plantent les scènes de jardins, tour à tour enchanteurs et maléfiques. D’acte en tableau se succèdent bosquets, parterres, sous bois, forêts, grottes fontaines…
Ainsi descendront des cintres ou monteront des dessous du théâtre la forêt endormie de La Belle au bois dormant, ou la forêt profonde de Mélisande, le parc planté de grands marronniers, propice aux jeux amoureux des Noces de Figaro, ou encore le petit jardin de grisette de Marguerite, dans Faust…

Tels le génie de la nature ou le grand architecte, les costumiers façonnent formes et matières, textiles et ornements pour peupler la scène de créatures du règne végétal, pleines de charme, de fantaisie et de pittoresque. Les filles fleurs, la dame aux camélias, la fée lilas, le spectre de la rose, Flore, Iris et Pomone, le chevalier à la rose, Carmen et «la fleur que tu m’as jetée», … s’incarnent, tandis que jardiniers et bouquetières s’affairent à cultiver les plateaux des théâtres. Visions fantastiques et féeriques prennent vie au fil de costumes traités avec le plus grand réalisme ou l’illusion la plus fine, fabriqués à partir de textiles aux motifs tissés ou imprimés, peints au pochoir ou sérigraphiés, brodés de fils ou de paillettes, garnis d’applications ou d’incrustations. Chaque nervure dessinée, chaque pétale découpé, chaque tige brodée, chaque feuillage sérigraphié est un élément d’un décor précis et magique, élaboré grâce aux savoir-faire d’artisans maniant techniques, outillages et matériaux avec science et art. Cet art est le fruit d’une transmission parfois très ancienne, d’une création quotidienne, inspirée des livres de botanique ou née d’une imagination sans limites.
Quelques-unes de ces techniques de création (broderies, dentelles, fleurs artificielles, peinture, applications, sérigraphie, flocage…) sont explicitées dans l’exposition, non seulement par des informations didactiques, mais aussi des échantillons à toucher et à découvrir.

Commissaire : Delphine Pinasa
Scénographe : Bernard Connan