Exposition

THEODORE DE BANVILLE ET LE THEATRE 11 novembre 2006 au 7 janvier 2007

Auteur d’une dizaine de pièces en vers ou en prose, allant de la revue à la tragédie, Théodore de Banville fut joué avec succès sur les petits théâtres et les grandes scènes, notamment à l’Odéon et à la Comédie-Française fut créée sa pièce la plus connue, « Gringoire ».

Cette exposition est un hommage à ce dramaturge, à Moulins en 1823, mort à Paris en 1891. Grand poète parnassien, orfèvre de la beauté de la langue, accentuant souvent ses vers d’une pointe de fantaisie et d’humour, Banville fut l’ami de Théophile Gautier, de Baudelaire et de Victor Hugo, qui reconnaissaient en lui un de leurs pairs. Il fut aussi un écrivain prolixe, auteur notamment de contes de fées dont il renouvela le genre. Comme ses contemporains, Banville fut attiré par le théâtre, souhaitant ardemment y trouver la consécration. Mais l’auteur est aussi, est surtout, un amoureux et un grand érudit du théâtre, doublé d’un critique dramatique passionné. Rien ne lui échappe des textes, du jeu des acteurs, de la mise en scène et des costumes, qu’il décrit avec gourmandise et précision.


Les costumes de l’exposition illustrent l’univers littéraire et artistique de Théodore de Banville. Que ce soit les personnages de la commedia dell’arte, notamment Arlequin, avec des costumes de l’opéra "Atys" (costumes de Patrice Cauchetier), du "Monstre turquin", pièce de Carlo Gozzi (costumes de Jacques Noël) et de "Arlequin, magicien par amour", ballet de Ivo Cramer (costumes de Claudie Gastine), qui met en scène également un Pierrot au costume identique à celui du Gilles peint par Watteau.
Le personnage du clown, artiste auquel Banville s’est particulièrement identifié, est évoqué par les deux clowns du ballet "Le Grand cirque" (costumes de Bernard Buffet).

Commissariat d’exposition : Martine Kahane