Exposition

JEAN-PAUL GAULTIER - REGINE CHOPINOT : LE DEFILE 1 décembre 2007 au 27 avril 2008

L’exposition présente environ 80 costumes issus de plusieurs ballets représentatifs de la fructueuse collaboration de ces deux artistes, « enfants terribles » de l’univers de la mode et de la danse contemporaine, friands d’insolence et de clins d’œil au passé.

Régine Chopinot et le Ballet Atlantique-Régine Chopinot (BARC) du Centre chorégraphique national de La Rochelle, ont eu la générosité de donner l’ensemble des costumes, réalisés à l’occasion de différents spectacles par le couturier Jean Paul Gaultier, au Centre national du costume de scène à Moulins et au Musée de la Mode et du Textile à Paris.
80 silhouettes, soit près de 328 vêtements et accessoires constituent désormais le fonds de costumes de danse le plus représentatif du travail de Jean Paul Gaultier, dont les créations ont accompagné chacun des spectacles de la chorégraphe, de"Délices" en 1983 jusqu’à "Soli-Bach" en 1994.
Dans le cadre d’un partenariat entre le musée des Arts Décoratifs et le Cncs, l’exposition « Jean Paul GaultierRégine Chopinot / Le Défilé », présentée dans les deux institutions, revient sur les quatorze ballets, fruits de l’insolence créative de Régine Chopinot et de Jean Paul Gaultier, parmi lesquels : "Délices" (robes corsets), "Via" (crinolines), "Les Rats" (tutus carrés), "A la Rochelle, il n’y a pas que des pucelles", "K.O.K." (peignoirs humoristiques), "Ana", "Façade" (combinaison en trompe l’œil)...L’œuvre la plus célèbre est sans aucun doute "Le Défilé", en 1985, création atypique pour seize danseurs, comédiens et mannequins. Ce spectacle, mi-défilé, mi-ballet, a fait date dans l’histoire de la mode contemporaine en réconciliant une nouvelle génération de chorégraphes avec le costume de danse, réduit à sa plus simple existence depuis les années 1960.

Régine Chopinot et Jean Paul Gaultier, tous deux jeunes créateurs se lancent à corps perdus dans ce jeu de bousculades, jouant avec la même insolence d’un irrespect commun de tout académisme. Leurs talents s’expriment par la rupture avec les formes établies. Ils sont animés d’une volonté déterminée de se démarquer des générations antérieures, d’un goût prononcé pour le mélange des savoir-faire et des rencontres avec d’autres formes artistiques telles que l’image (film et vidéo), la musique, le théâtre, la littérature…

Commissariat et scénographie : adaptation de l’exposition du Musée de la Mode et du Textile, Paris.