Exposition

OPERAS RUSSES, A L'AUBE DES BALLETS RUSSES 12 décembre 2009 au 16 mai 2010

A l’occasion du centenaire des Ballets Russes (1909-1929), le CNCS a choisi de participer aux commémorations en présentant une exposition de costumes d’œuvres lyriques de compositeurs russes, montées par Diaghilev ou par des théâtres parisiens dans le premier quart du XXe siècle.

En 1908, l’année qui précéda l’arrivée à Paris des deux grands danseurs Nijinski et de Pavlova, l’opéra russe avait déjà conquis le public. Serge Diaghilev (1872-1929), fondateur des Ballets Russes en 1909, avait présenté au Palais Garnier Boris Godounov, opéra de Moussorgski, avec Chaliapine dans le rôle titre, dans des costumes de Bilibine.
Albert Carré, directeur de l’Opéra-Comique, avait donné dans son théâtre Snégourotchka, opéra de Rimski-Korsakov, dans une somptueuse production inspirée des illustrations de Bilibine et réalisée sous l’égide de la Princesse Tenichev.
Sibéria, opéra de Giordano, est créé en 1911 au Palais Garnier, avec des costumes venus du Théâtre Bolchoï, dessinés par Golovine sur les conseils de l’archéologue V. Sizov pour la création en 1901 de La Pskovitaine (Ivan le Terrible) de Rimski-Korsakov à Moscou.
Enfin, c’est en 1913, l’année du Sacre du printemps, que Diaghilev récidive, cette fois avec une nouvelle production de Boris Godounov et la création de Khovantchina, autre opéra de Moussorgski, autre opéra historique russe, dans des costumes de Fédorovsky.

Les péripéties de l’histoire du spectacle ont fait que des costumes de ces quatre productions se trouvent aujourd’hui dans les collections du CNCS, via le fonds patrimonial de l’Opéra national de Paris.
L’esthétique somptueuse, brillante, dorée et brodée de Bilibine et de Bakst pour Snégourotchka et Boris Godounov, contraste avec celle, très moderne, des costumes peints de couleurs vives et de motifs géométriques de Fédorovsky pour Khovantchina, ou encore avec les costumes quasi ethnographiques d’Ivan le Terrible.
Cette exposition rassemble quelque 110 costumes de ces 4 productions, dans la grande majorité présentés pour la première fois, avec à l’appui maquettes, dessins, documents de travail et d’inspiration, et en complément une programmation de films dans l’auditorium du CNCS.


Commissaire d’exposition : Martine Kahane
Scénographe : Giuliano Spinelli