La Conservation préventive

La conservation préventive recouvre l'ensemble des mesures qui visent à anticiper, prévenir et ralentir les dégradations naturelles ou accidentelles susceptibles d'altérer les 20 000 éléments de costumes et de décors conservés dans les réserves du CNCS. L'objectif est  d'agir sur les facteurs des dégradations auxquels ils peuvent être soumis, tels que la lumière, l’humidité, la poussière ou les insectes.

Les costumes sont réalisés dans des matériaux particulièrement fragiles. Sur scène, ils sont soumis à une utilisation répétée, aux mouvements des interprètes, aux contacts avec le maquillage ou la transpiration, et pâtissent parfois de dégâts importants : trous, déchirures, usures, tâches, déformations.

Avant d’intégrer les réserves, les nouvelles acquisitions sont mises en quarantaine puis passent en anoxie : elles sont enfermées plusieurs jours dans une bulle hermétique dépourvue d’oxygène afin d’éliminer tout risque d’infestation.

Bien qu’étant désormais à l’abri, les pièces textiles restent sensibles à différents facteurs nuisibles :

  • intensité de la lumière naturelle et électrique, durée d’exposition à celle-ci ;
  • humidité et température (trop d’humidité entraîne l’apparition de moisissures ; trop de chaleur fragilise les fibres qui se cassent) ;
  • poussière et saleté ;
  • insectes (certains aiment particulièrement les textiles) ;
  • manipulation lors de la préparation des expositions ;
  • conditionnement (mauvais stockage en réserve).

Leur conservation préventive vise à réduire ces nuisances à travers plusieurs actions :

  • dépoussiérage par micro aspiration ;
  • contrôle et surveillance des conditions climatiques du bâtiment ;
  • reconditionnement en réserve à l’aide de cintres rembourrés pour les costumes suspendus, création de supports spécifiques pour les costumes à plat et les accessoires généralement volumineux (chapeaux, masques ou chaussures) ;
  • isolement des éléments ou matériaux à risque (métal, peinture, résine).

Le conditionnement

La conservation préventive, c'est également l'art ingénieux du rangement des collections. Suspendus, stockés à plat dans les tiroirs ou sur les étagères des imposantes armoires mobiles des réserves, les trésors textiles du CNCS font l'objet d'un reconditionnement pour être conservés de la meilleure façon possible. L'état de chaque costume, son volume et sa fragilité déterminent son mode de conservation. Robes, vestes, pantalons ou manteaux en bon état et pouvant supporter la position verticale sont ainsi placés sur des cintres gainés de coton conçus pour cet usage.

Les éléments trop fragiles ou trop lourds sont, eux, installés bien à plat dans de larges tiroirs et protégés à grand renfort de matériaux neutres. Placés sur des étagères, chapeaux ou coiffes reposent sur des supports aux formes sophistiquées tandis que drapés, foulards ou capes sont conditionnés sur rouleaux.